Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 20:12

 

Ce soir je taquine les mots.

Ce soir je claque des trucs.

Je truque des claques.

 

ça fait pif.

ça fait paf.

ça gicle.

ça cogite.

Les consonnes tapent.

 

La langue cogne au palais.

Des cliques de clics.

Jets de salive et joutes buccales.

 

ça résonne comme un slam.

ça raisonne comme une âme.

 

ça veut rien dire mais ça chante.

 

Epique époque.

Des tics.

Des tocs.

Des tas de trucs.

Des R roulés comme des galets dans le ressac.

Des T torrides comme l'été.

Des S sifflés en suaves symphonies,

Ou en salopes songs.

 

Des K

Tantôt OK.

Tantôt KO.

 

Rythmique rhétorique.

Raffales de répliques.

 

ça veut rien dire mais ça chante

Et quand ça chante ça enchante.

 

Des figures de style,

Des F ou des S

Font tout aussi bien

Des figures hostiles

Que de vraies déesses.

 

Des F et des S,

Des histoires de fesse,

Du vrai, du vécu,

Des histoires de Q.

 

Les cliquetis, clignotants et autres clignements

S'engrainent et se répondent.

 

La mécanique des mots

Nous fait mécanos.

A vos bleus!

Bleus de coeur.

Bleus de choeur.

 

ça veut rien dire mais ça chante.

 

Pépins, pédiluves, pépinières, purées,

Pif, paf et poum.

Onomatopées donnent aumône au P.

 

Crésselles, crayons, crins et crevettes.

Mêmes critères.

Mêmes critiques.

Des mots crus.

Des moqueries.

ça craint mais, trop tard, c'est écrit.

 

Le H aspire mais n'inspire pas.

Sauf si il est chiche.

 

Les M,

Les N,

Même combat.

Qu'on les aime,

Qu'on ait de la haine,

C'est eux-mêmes qu'on bat.

 

Pendant que des cons sonnent

Du clairon sur les champs de bataille,

Moi je sème des consonnes

Qu'on moisonne en pagaille.

 

Je sais.

ça veut rien dire...

Mais ça chante putain.

ça chante.

 

Osez jongler.

Vous lancer dans les démos.

Osez chanter.

Causer.

Crier.

Vous élancer dans les mots.

 

Les dites élites n'ont pas le monopole de la plume.

Décomplexons l'inspiration.

 

Un défi pour les révoltés.

Les oubliés.

Les jeunes des cités.

Pour les autres aussi.

Venez parler sur le papier.

 

Encrez vos vies.

 

Avec pudeur si envie

Mais sans complexe.

 

Avec fureur si vos vies

Ne s'en complaisent.

 

Page, champ de liberté.

Vous êtes dans la marge?

Alors vous faites partie de la page.

 

ça veut rien dire mais ça chante.

Oui ça chante.

ça parle.

 

"ça veut rien dire"

ça veut pas rien dire.

ça veut dire que c'est sans prétention.

Sans même une intention.

 

ça parle

A qui saura entendre...

 

 

 

 

 

Texte en écriture spontanée issu d'une technique de slam.

(le principe de l'écriture spontanée en slam consiste à ne jamais revenir sur la forme du texte écrit au fil de l'inspiration. Cette technique révèle bien souvent de véritables trésors, découvertes qui ne sont parfois perceptibles qu'après maintes lectures.).

 

 

 

 

 

Repost 0
16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 13:56
Repost 0
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 17:00
Repost 0
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 13:21



Parcequ'il est des contrées de l'esprit encore inexplorées...
Parceque l'intelligence est en chantier infiniment...
Parcequ'il y a toujours un possible ailleurs...

Oui, ça vaut le coup de penser.
Penser pour panser nos plaies.

Les alchimies de l'esprit semblent souvent fort complexes.
Pourtant, un corps sans esprit n'est rien d'autre qu'un mort.

Le vivant est cette matière animée par la force du cogito.

En y réfléchissant un peu justement, il paraît qu'il existe néanmoins le penser-juste et le mal-penser.
Les deux animent toutefois le corps.
Les deux nous rendent vivants.
S'agit-il alors d'une question de choix?

Qu'est-ce qui fait de nous un bon ou un mauvais penseur?
Le problème dans cette philosophie, c'est que chacun a fort tendance à se croire dans le penser-juste,
caractéristique quasi-universelle qui consiste aussi à faire du mal-penser l'affaire exclusive des autres...
On a souvent tendance à se référer à l'avis qui nous satisfait a priori le plus, à savoir le sien!

N'est-ce pas là le début du mal-penser?
Ou tout du moins une entorse au penser-juste.

Penser-juste par essence, c'est d'abord parvenir à se voir comme mal-pensant potentiel.
Il n'existe pas les bons d'un côté les mauvais de l'autre.
Le vrai inclut le faux, et vice-versa.


Un bon petit massage des tempes...
Un café...
Un journal ou un bouquin au coin du feu...
Mettez-vous en condition pour penser désormais à l'ambition intemporelle de ce message.

 

 

 

 

Repost 0
25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 18:47

La poésie en principe
on trouve ça extraordinaire.

Merveilleux.
Admirable.
Somptueux...


On dit que c'est de l'Art,
avec un grand A.

C'est vrai...
Chez certains.
Des Verlaine, Baudelaire et autres orfèvres du langage.


Mais la poésie ordinaire c'est autre chose.
C'est l'art,
avec un petit a,
de dire les choses en beauté.

C'est la part de l'artiste en chacun. Une sorte de charisme non cultivé, spontané.

Les enfants sont souvent d'ailleurs les plus grands poètes de l'ordinaire. Ils ont l'art de dire les choses en beauté, avec une naïveté qui confère souvent à leurs mots une poésie absolument exquise.

Quel parent en effet n'y est pas allé de son "c'est trop mignon!"?

 

La poésie ordinaire des grands consiste à retrouver cet élan spontané qui caractérise le langage de l'enfant.

Ainsi, la poésie peut se situer partout. Dans le quotidien de chacun.
Un enfant est capable de s'émerveiller d'un rien.
C'est beau ça.

Moi, poète ordinaire du quotidien, je revendique cette force enfantine qui consiste à être capable de parler d'amour simplement, pouvoir s'extasier sans honte devant un spectacle de la nature, pleurer si j'en ai envie, râler et faire des caprices quand quelque chose ne me plaît pas...


Quand nos armées seront composées de poètes ordinaires,
les guerres deviendront de grandes joutes verbales,
les champs de batailles des cours d'école,
les éclats d'obus des éclats de rire
et les fusils des mots doux.



Utopie direz-vous?
Certes, mais nécessaire.

 

 

 

 

Repost 0
25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 18:39
"Je me demande si je ne suis pas en train de jouer avec les mots. Et si les mots étaient faits pour ça ?"

Boris Vian - Les bâtisseurs d'empire.
Repost 0
25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 18:14


L'écriture a cela de magique:
elle permet de dire les silences.

Quand la plume se fait langue
et l'encre se fait mot,
on dit que le livre parle.

Se taire mais tout dire.
Ou presque...

Visiteurs du blog poésieordinaire,
vos yeux prêtent l'oreille.
Merci.

Et bienvenue dans le champ des possibles...

 

Repost 0

Chez Vince

Copyright

Conformément à l'article L111-1 du Code de la Propriété Intellectuelle, l'auteur vous informe que les écrits de ce blog sont protégés.