Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 08:47

La bogue au doigt.

C'est piquant...

Mais le piquant c'est de la magie.

Les pieds du berger ont foulé le tapis hérissé
Mille fois et plus encore
Sous les feuilles et fleurs en chaton.

Les pieds débogant.
L'oeil brebisant.
Patient.

Les semelles taquinant l'amande précieuse,
Le voilà à l'écoute.

Le pas serein,
Flanqué d'un chien vigoureux,
Il veille sur son troupeau de châtaignes.

La laine sur pattes décortique quelques épineuses enveloppes.
Un coup de bâton précis
Détourne l'ovin prédateur.

Je vous parle d'un temps
...

Un temps où justement le temps ne compte plus.
Un temps suspendu,
Offert au hasard.

Jeune berger,
Au fil de ses déambulations champêtres,
Tombe sur le plus savoureux des fruits.

Jamais encore il n'a vu si belle amande.
Aguyane?
Pourrette?
Non.
Plus charnue encore.
Et complètement déboguée!
Douce.
Appétissante.

Fichtre! Mais comment ramasse-t-on ce fruit là?
Comment le prendre dans ses filets?

Délicatement.
Dans l'écrin de ses bras.

Je vous parle d'un temps
...

Sous les yeux émus de maire et mère,
Les voici la bogue au doigt.

Curieux paradoxe alors:
C'est à la ferme que tout s'ouvre!

Terreau fertile.

Une jeune pousse,
Puis deux,
Trois...
Bientôt une châtaigneraie d'amour.

Que de souvenirs pour ces bambins aux pieds piqués!
Que d'aventures partagées
De branches en rochers,
De la bergerie au grenier.

La table ouverte,
On se nourrit de tout et de rien.
La bergère donne son lait.
Le berger son fromage.

Les brebis deviennent des soeurs,
Les châtaigniers des grands frères...

Pas si simple de cultiver tout ça!
L'ardeur paysanne,
L'amour des parents
Suffisent pourtant à rendre beau le jardin.

Aujourd'hui les jeunes pousses
Ont elles-mêmes produit leurs fruits.
On a étendu la surface
Comme on dit chez les terriens.

Le berger a transmis son bâton.
Il déambule encore sur les chemins de sa jeunesse,
Un regard par dessus l'épaule.
Satisfait et heureux.
Fier.

Sa femme a mis le couvert.
La soupe attend sur le fourneau.

En quelques occasions festives
Les arbres frétillent de joie,
Feuilles aux aguets.
On remet le couvert pour nombreux...
Les rochers attendent impatiemment de retrouver la marmaille aventurière.

On a rentré les brebis un instant.
Place nette pour la fête.

Nous sommes à la source qui rappelle...
Inlassablement.
Les bergers ont toujours du pain à partager.

Cohorte de souvenirs.
Récoltes généreuses.
Les racines de la vie sont parfois amères
Mais ses fruits sont savoureux.

Les piqûres boguesques,
C'est comme un vaccin:
On a besoin d'un rappel.

Madeleine de Proust
A la farine de châtaigne.

Famille ou troupeau?
Peu importe.
On reste bouche bêêêêê
Devant la grâce du berger.

Notre guide.

 

(Certains reconnaîtront ce texte sorti d'un fond de tiroir).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

michelaise 21/10/2009 18:49


ah voilà ce que je cherchais !!! je viens de chez Sacha qui a concocté une crème de châtaignes absolument superbe... et j'ai pensé à toi ! c'est ainsi que j'ai croisé papa poule !!!


vince 30/08/2009 16:02

et oué! j'suis dans l'Ardèche jusqu'au cou!

michelaise 29/08/2009 15:26

"Notre" Vince serait-il en Ardèche ? En tout cas, sans doute en vacances et sérieusement inspiré par les lieux qui l'accueillent ! Bel hommage à une vie que d'aucuns ont voulu fuir pour des trépidations un peu factices. Superbement bloguée cette histoire de bogue

Chez Vince

Copyright

Conformément à l'article L111-1 du Code de la Propriété Intellectuelle, l'auteur vous informe que les écrits de ce blog sont protégés.