Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 18:19

Petit moment savoureux au boulot aujourd'hui. Une scène vue par un éduc de prev.

 

Le contexte: un chantier éducatif avec 4 jeunes pour la réalisation d'un buffet apéritif. Exceptionnellement, nous cuisinons au coeur d'un CHRS (Centre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale) avec cet objectif de démystification d'un lieu habituellement connoté très négativement. Un croisement entre nos jeunes fragilisés des quartiers, repérés comme en risque de marginalisation, et ces résidents SDF, ces "gueules cassées", "parias" de la société, souvent stigmatisés, déjà marginaux.

 

L'histoire: juste avant le chantier, une de nos jeunes va s'acheter ses clopes et revient toute heureuse en brandissant un ticket à gratter gagnant d'une valeur de 60 €.

Nous attaquons le chantier. Présentation des lieux, rencontres hésitantes et timides avec les résidents: albanais à la rue, vieux routards chevronnés, jeunes déglingués, figures abîmées, relations maladroites...

Petit à petit, au fil des confections culinaires, les regards s'apprivoisent, les échanges naissent, des sourires se partagent, quelques mots aussi...

15h15: il nous manque quelques provisions. La jeune fille m'accompagne au supermarché voisin. A la fin des courses, elle s'absente soudainement dans un rayon. Elle revient en caisse derrière moi et achète une belle tropézienne avec ses 60 € fraîchement gagnés. "C'est pour tout le monde" me dit-elle humblement.

Retour au CHRS: partage du gâteau avec toute l'équipe du chantier et l'ensemble des résidents présents. Une moëlleuse tropézienne! Délicate attention pour les dentitions les plus fragiles parmi nos hôtes.

L'atelier cuisine se termine dans un belle dynamique, un pur moment d'altruisme spontané.

 

La chute: au moment de quitter le foyer, la jeune déclare: "ah moi je veux bien rester ici, c'est trop bien". Nous seuls savons par ailleurs que ce qu'elle vit en famille au quotidien lui autorise cette réflexion et donne même à sa réplique un caractère des plus sincères.

Un jeune homme hébergé lui répond calmement: "si tu veux je te donne ma place".

Elle à son tour: "et moi je te donne la mienne. Si tu veux on échange".

Fin de la discussion. Regards complices. Tout a été dit. Ils se sont compris. Croisements de destins, d'histoires. Instants volatiles et précieux qui donnent à chacun un sacré miroir.

Et une belle matière à travailler pour les éducs...

 

Je ne sais pas si le buffet sera une réussite demain. Mais le chantier éducatif en est déjà une. J'aime mon métier. Ne serait-ce que pour ces moments.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vince
commenter cet article

commentaires

Chez Vince

Copyright

Conformément à l'article L111-1 du Code de la Propriété Intellectuelle, l'auteur vous informe que les écrits de ce blog sont protégés.