Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 18:27

L'usine voisine crache une fumée noire et nauséabonde.

Plus personne ne la voit.

L'engrenage du vice y entraîne la roue de la réussite, insolente.

Les pistons du profit alimentent un moteur gourmand.

Le contremaître harcèle les petites mains.

Une huile crasseuse suinte aux jointures patinées des robots.

Le métal rugit.

Un grillage hostile cerne l'antre de tôles; difficile d'en identifier l'utilité: protection des intrus ou vertus de geôle?

On y colmate quelques brèches de circuits en surrégime.

On pulvérise du dégrippant aux visseries neuves.

On astique les faces rutilantes de l'ogre.

On graisse, on engraisse, on dégraisse.

Les soudures plaintives recoivent des coups d'arc tortionnaire.

Des bidons et des flaques suspects jonchent une cour triste.

Une enseigne hautaine toise le parking où l'oeil du besogneux pleure parfois dans l'habitacle pudique de son utilitaire déglingué.

Sa main burinée cache le kleenex.

Vingt ans de boîte, il a pris perpète.

Quatre bouches à nourrir.

Une fierté en berne.

Prêt à sacrifier doigts, conscience et poumons pour combler sa marmaille innocente et remplir un fond de caddie au Leader Price voisin.

Poches et oeil vides.

Un quotidien de cambouis, douleurs, humiliations, sacrifices.

Des lombaires et un moral en vrac.

Pas convaincu, il éduque sa tribu dans les valeurs de l'effort.

Toujours, malgré tout.

Accroché à ses rêves fragiles, ses illusions de lendemains meilleurs.

Un regard désabusé sur le JT du soir et son lot de liquidations, délocalisations, luttes syndicales, plans sociaux, petites affaires, grosses magouilles, grosses affaires et petites magouilles.

Une nuit trop courte, innondée de peurs.

Un réveil grinçant dans l'odeur d'un mauvais arabica discount.

Les pieds vissés dans ses chaussures d'insécurité.

Une promesse de chèque à la fin du mois.

L'achat du silence.

L'usine est là, à deux pas, éternelle machine de guerre.

Convoitise perfide de CV aveuglés.

Bourreau d'espérances.

Amas sordide de chaînes, primes au rendement, cadenas, chèques-restaurant, caméras de surveillance, réunions salariales, produits toxiques, sale air de salaires...

On l'oublie cette industrie.

Il l'oublie.

Elle sait se faire oublier.

Ne l'oublions pas.

Et crachons-lui à la gueule, une bonne fois pour toutes.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vince
commenter cet article

commentaires

Chez Vince

Copyright

Conformément à l'article L111-1 du Code de la Propriété Intellectuelle, l'auteur vous informe que les écrits de ce blog sont protégés.